728 x 90

La police sur la piste d’un étudiant chilien suspecté d’être à l’origine de la disparition de l’étudiante à Besançon

La police sur la piste d’un étudiant chilien suspecté d’être à l’origine de la disparition de l’étudiante à Besançon

Une jeune étudiante japonaise Narumi Kurosaki aurait disparu dans le Doubs. Celle-ci a disparu depuis le 4 décembre. D’après les enquêteurs suspectent un étudiant chilien qui se serait enfuit vers son pays. Âgée de 21 ans, Narumi Kurosaki, étudiante d’origine Japonaise était venue poursuivre ses études à Besançon, dans le Doubs. La jeune femme n’a

Une jeune étudiante japonaise Narumi Kurosaki aurait disparu dans le Doubs. Celle-ci a disparu depuis le 4 décembre. D’après les enquêteurs suspectent un étudiant chilien qui se serait enfuit vers son pays.

Âgée de 21 ans, Narumi Kurosaki, étudiante d’origine Japonaise était venue poursuivre ses études à Besançon, dans le Doubs. La jeune femme n’a plus donné aucun signe depuis le 4 décembre dernier, après avoir participé à un cours de danse avec des amis. Depuis cette soirée, elle est introuvable, de plus aucun corps n’a été trouvé.

Pour l’instant, la police de Besançon est convaincue que l’étudiante japonaise avait abattue dans la nuit entre le 4 et le 5 décembre. Mercredi, le parquet de Besançon a indiqué qu’il s’agit d’un « enlèvement, séquestration et « détention arbitraire » du chef d' »assassinat », d’après L’Est Républicain.

Des cris entendus

Les enquêteurs poursuivent la trace d’un personnage ambiguë qui n’est autre que l’ancien petit ami de Narumi Kurosaki. L’étudiante nippone aurait passé sa dernière nuit avec ce dernier. Il s’agit d’un étudiant d’origine chilienne âgé d’une vingtaine d’années avec lequel elle s’est rencontré juste après être arrivée sur le campus en août Celui-ci l’aurait invité à un dîner à Ornans, une localité située à 25 km de Besançon.

Par la suite, ils seraient revenus au campus où la japonaise vit dans une résidence universitaire. Et les enquêteurs sont convaincus qu’il est le dernier à l’avoir vue vivante. « Plusieurs étudiants ont entendu un cri, celui d’une femme. C’était entre 3 et 4 heures » a avoué auprès de l’Est Républicain, un proche de la disparue également d’origine japonaise.

Fuite au Chili

Mais plusieurs jours après la soirée en question, le suspect en question serait reparti dans son pays d’origine quand il s’est rendu compte devenait sérieuse et toutes les pistes ramenaient vers lui. D’après le Parisien, ce dernier n’est pas fiché dans les services de police, et mais il est possiblement dangereux d’après la police. Pour le commandant de la PJ de Besançon cet individu est très intelligent. Celui-ci s’est connecté à des sites auxquels, il n’est pas facile d’accéder » et s’est servit de moyens rares pour discuter, détaillait le commandant une semaine avant.

Ruben
Ruben
ADMINISTRATOR
PROFIL