728 x 90

Bruxelles une ville où des ressortissants européens investissent massivement dans la pierre

Bruxelles une ville où des ressortissants européens investissent massivement dans la pierre

Bruxelles une ville où des ressortissants européens investissent massivement dans la pierre. A Bruxelles on voit de plus en plus de ressortissants européens venir s’y installer. Ce qui montre que le profil des acquéreurs a beaucoup changé au fil des années. De plus en plus d’étrangers ne cessent de venir poser leurs valises dans la

Bruxelles une ville où des ressortissants européens investissent massivement dans la pierre.

A Bruxelles on voit de plus en plus de ressortissants européens venir s’y installer. Ce qui montre que le profil des acquéreurs a beaucoup changé au fil des années.

De plus en plus d’étrangers ne cessent de venir poser leurs valises dans la capitale Belge. L’histoire nous dit que les scandinaves furent les premiers dissidents à venir s’installer à Bruxelles. C’est autour des années 80 qu’ils sont arrivés quand la Suède a permis à ses ressortissants d’exporter leurs fonds dans d’autres pays.

Pour commencer, plusieurs ont rejoint la capitale britannique, ensuite, ils ont foulé le pied dans la ville d’Amsterdam et ensuite Bruxelles, une ville où le taux d’intérêt était triplement inférieur à ceux appliqués dans la capitale suédoise, mais avec une productivité meilleure.

On peut retrouver encore ces investisseurs dans les rues de Bruxelles ou encore dans les centres commerciaux. On peut aussi les trouver à la Scandinavian School of Brussels, situé à Waterloo, ou la St. John’s International School, qui se trouve elle près de la butte du lion.

Louer avant d’acquérir le bien

Après les suédois qui furent les précurseurs de cette immigration, les français furent les deuxièmes à rejoindre la capitale belge. Jean de Kerchove qui dirige une agence immobilière, indique qu’il avait vendu sa première maison à des français en 1996. “C’était en 1996. Il s’agissait d’un couple français qui avait acquis un hôtel de maître près des étangs d’Ixelles en millions d’euros. Sauf que je ne me rappelle plus du prix auquel, je le leur avais vendu, mais à cette période, c’était un bon prix …”

A partir de ce jour, promoteur immobilier n’a travaillé qu’avec des français à qui il fait découvrir, Bruxelles pour leur montrer des maisons à vendre. Bien qu’il ne soit pas facile de faire une évaluation du nombre de français qui ont acheté un bien à Bruxelles, on peut toutefois dire qu’ils sont nombreux à commencer par louer la maison avant de l’acheter totalement.

« Je dispose de plusieurs clients qui ne sont locataires qu’au cours de quelques années et ensuite, ils achètent » détaille l’agent. En fait, ils se retrouvent ici.

Cette information est confirmée par Jean Corman qui dirige l’agence Victoire qui indique. « Ils arrivent très dubitatifs à Bruxelles, mais quand ils s’habituent, ils ne veulent plus partir de la ville ». Ce qui veut dire que le type de client est différent des premiers.

Actuellement, la majorité des français qui viennent résider en Belgique sont des personnes qui travaillent et qui ont des familles. Ce ne sont plus de simples rentiers qu’on voit comme à l’époque. Ceux-ci qui acquéraient des maisons en millions d’euros. »

Actuellement, les français ne dépensent plus comme avant. Et la situation est égale à tous les ressortissants de l’Union européenne dont les revenus ont été revus à la baisse comparé aux précurseurs » du Berlaymont. Un constat fait par l’agent immobilier.

Ruben
Ruben
ADMINISTRATOR
PROFIL