728 x 90

Aucune modification pour les aides aux logements pour les jeunes

Aucune modification pour les aides aux logements pour les jeunes

Le gouvernement n’a plus changé les règles concernant le calcul des aides personnalisées au logement (APL), d’après une source proche du dossier. Le gouvernement a finir par renoncé à changer les règles du calcul des aides personnalisées au logement (APL) pour les jeunes, d’après une source proche du dossier à l’AFP. Une information confirmée par

Le gouvernement n’a plus changé les règles concernant le calcul des aides personnalisées au logement (APL), d’après une source proche du dossier.

Le gouvernement a finir par renoncé à changer les règles du calcul des aides personnalisées au logement (APL) pour les jeunes, d’après une source proche du dossier à l’AFP. Une information confirmée par Libération. Cependant, l’information n’a pas été confirmée par le ministère du Logement ce jeudi.

Les ministères de l’Économie et du Logement soutenaient un projet de décret qui consistait à calculer le montant de l’APL pour les moins de 25 ans qui ont un emploi momentané reposant sur la base de la situation financière du jeune au moment où il ne sera plus question de composer son dossier, mais, plus accentué sur la situation fiscale deux ans auparavant.

Au final, ce projet a été abandonné, pour prendre en compte des difficultés financières auxquelles font face les jeunes qui intègrent le marché du travail, d’après la source proche du dossier.

150 000 et 200 000 jeunes concernés

Dans un communiqué, la plus grande fédération d’associations, la Fage, a salué jeudi « le retour à la raison du gouvernement » et « appelle à plus d’efforts envers les jeunes pour donner de la lisibilité à la priorité jeunesse ». « Annuler par voie de décret la dérogation existante qui permet aux jeunes salariés précaires une meilleure prise en compte de leur situation fragile aurait été un désastre social comme politique », poursuit-t-elle, jaugeant que « ces attaques répétitives sur les APL, malgré les engagements publics de plusieurs ministres et de François Hollande, détériorent, s’il le fallait encore, notre capacité à croire aux promesses du gouvernement ».

A part la Fage, le premier syndicat étudiant, l »Unef, avait aussi critiqué mi-décembre ce projet qui était considéré d’après eux à une « attaque en catimini » contre les APL. D’après les deux associations étudiantes, entre 150 000 et 200 000 jeunes auraient pu être concernés par une telle décision.

Ruben
Ruben
ADMINISTRATOR
PROFIL